electrocd

Critique

Jean Vermeil, Répertoire des disques compacts, no 62, 1 octobre 1993

Kristoff K.Roll, c’est Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps. Un nom valise qui sent son Rita Mitsouko. La volonté de séduction de ce tandem est évidente, entre savant et branché: pourquoi pas, puisqu’il s’agit d’électroacoustique? Leur sérieux est tout aussi évident: on n’est pas ancien élève de Denis Dufour (Accord) pour rien. Leur œuvre brasse et compose des souvenirs d’un voyaoge en Amérique centrale. Ils s’en défendent, mais le côté reportage, carnet de route, est là, et c’est bien. Ce jeu d’impressions sonores est l’un des moyens les plus sympathiques de renouvellement de notre bonne vieille musique concrète. Nos compères ont du rythme, de la concision, de l’esprit. Ils sont même capables, un comble, de somprueux silences. On avance, avec eux, mieux que dans la récente Sonate baroque d’Alain Savouret (CDM). Quant au travail de studio, et de son en studio, et de synthèse du son dans le studio. il est aussi discret qu’efficace. A suivre de près…