Alain Thibault, de Janet Jackson à Stockhausen

Alain Brunet, La Presse, 29 avril 1990

«Ça fait du bien de mettre ça à jour», lance Alain Thibault, compositeur électroacoustique. Bien qu’il n’eût pas encore endisqué depuis le début de sa carrière, son travail a toutefois été suivi par les médias. Le caractère spectaculaire et punché de ses œuvres y est pour quelque chose.

Lancé sur la nouvelle étiquette empreintes DIGITALes, le disque Volt est en quelque sorte le résumé de cette demi-décennie de création.

Disséquons rapidement. Dans la pièce E.L.V.I.S., le Quatuor de saxophones de Montréal (dont les arrangements sont signés Walter Boudreau) peut se juxtaposer à un amalgame hautement technologique. D’autre part, la soprano Pauline Vaillancourt bien connue dans les milieux institutionnels, combine ses talents vocaux à l’œuvre Le soleil et l’acier. Par ailleurs, le pianiste Jacques Drouin s’exécute dans trois mouvements d’une pièce intitulée Concerto pour piano MIDI; ce nouveau concept de liaison entre un piano de concert et des synthétiseurs sophistiqués semble très séduisant. Outre cette «bi-énergie» (humaine et technologique), des œuvres comme Volt et Out révèlent les facettes exclusivement synthétiques de Thibault. On sait qu’une portion de ces œuvres ont été crées pour des événements multimédia. Sans les images, on peut maintenant évaluer leur autonomie.

«En début de carrière, je ne jurais que par les machines. Mon souci était d’abord de faire une création avec les nouvelles technologies de studio. Maintenant, je mise aussi sur l’élément humain. Les musiciens participent à mes compositions, j’aime sentir leur présence», soutient le créateur, qui s’associe dorénavant aux instrumentistes classiques pour étoffer son travail.

Thibault a aussi collaboraé avec des créateurs en art visuel, en danse et en théâtre. Il a récemment signé des musiques pour la troupe Carbone 14.

D’entrée de jeu, le compositeur se démarquait des autres électroacousticiens, surtout par le caractère rythmique de son travail. Les références en musique pop trouvaient une niche dans une approche pourtant soutenue par les milieux institutionnels de la musique dite sérieuse.

Thibault fait partie de cette nouvelle génération de compositeurs qui n’ont aucun scrupule à mêler les enseignèments de Pierre Boulez, György Ligeti, Karlheinz Stockhausen, Frank Zappa, Jimi Hendrix, Yes ou Miles Davis. L’artiste de 32 ans apprécie même le travail compositionnel de Janet Jackson!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.