Critique

Dominique Olivier, Circuit, no 5:2, 1 juin 1994

Enfin, pourrait-on dire, un musicien imaginatif et bien formé qui sait utiliser le matériau sonore à des fins artistiques et possédant une véritable personnalité de créateur, de l’originalité, du souffle, de l’intelligence. Rares sont les véritables compositeurs qui œuvrent avec ce médium difficile qu’est l’électroccoustique. Rodrigue exprime bien ses intentions sur la manière d’appréhender le matériau, dans cette phrase se rapportant à sa pièce Tilt (première pièce sur ce compact), qui est l’enjeu d’une partie de machine à boule: «l’électroacoustique m’aurait permis d’enregistrer les sons d’une de ces machines et d’y appliquer les transformations propres au médium, mais j’ai plutôt utilisé une vision subjective travaillant le propos d’une façon plus musicale qu’anecdotique en créant une machine imaginaire.» Si l’ensemble des textes de la pochette est truffé d’erreurs de français, il reste que cette phrase résume l’essentiel de ce qui différencie la musique de Rodrigue de celle, par exemple, de Roxanne Turcotte. Mentionnons par ailleurs que Tilt a obtenu le Grand Prix toutes catégories ainsi que le Premier prix de la catégorie électroacoustique au 7e Concours des jeunes compositeurs de Radio-Canada en 1986. Le travail de Rodrigue est minutieux, soigné, évocateur et sébuisant pour l’oreille sans être accrocheur, et surtout, il s’en dégage une «musicalité» qui n’est pas celle de l’art instrumental mais qui a une valeur intrinsèque. Cristaux liquides (1990) est une poésie sonore superbement évocatrice inspirée par les différents états de l’eau. Qu’est-ce concert? (1987) évoque pour sa part différents paysages sonores, anecdotiques ou virtuels, présentant des concerts entremêlés. Le voyageur (1993) et Fiano porte (1985) nous mettent respectivement en contact avec des univers céleste ou citadin, puis avec un monde de contrastes (rêve/réel, fluide/statique, doux/fort) qui s’exprime merveilleusement à travers les sons utilisés par le compositeur. Bref, un enregistrement qui est aussi un soulagement.

… une véritable personnalité de créateur, de l’originalité, du souffle, de l’intelligence.