Critique

Albert Durand, Revue & Corrigée, no 20, 1 juin 1994

L’ivresse de la vitesse de Paul Dolden. La principale caractéristique du travail de ce canadien est de composer à partir d’éléments acoustiques (provenant de plusieurs instruments) enregistrés et transformés uniquement par le mixage, l’accumulation de couches sonores. On va parfois jusqu’à 200 couches de sax ou de percussions. Le résultat d’une puissance unique est très original. Il y a vraiment une dimension rock qui sort de cette musique, une dimension purement physique du son. Une musique entièrement, uniquement permise par l’enregistrement; impossible à réaliser en direct. D’autres pièces travaillent plus sur l’accord des instruments et évoquent parfois le travail de Phill Niblock. Le titre L’ivresse de la vitesse correspond parfaitement au contenu. Voici venue l’ère du Speed Crash.

Le résultat d’une puissance unique est très original.