electrocd

Critique

SOCAN, Paroles & Musique, 1 juillet 1995

Le compositeur montréalais Mario Rodrigue explore dans ces cinq nouvelles œuvres électroacoustiques la «zone tampon entre ce qui est et ce qui parait être». Il décrit notamment l’enjeu d’une partie de «machine à boule» dans Tilt, crée une poésie sonore inspirée de deux différents états de l’eau dans Cristaux liquides et suit un vovageur céleste qui pénètre dans l’orbite terrestre dans Le voyageur.