Compte rendu

Laurie Radford, Contact!, no 9:1, 1 septembre 1995

Voici la douzième parution de la maison empreintes DIGITALes qui compte maintenant un catalogue de dix-huit disques compacts représentatifs des diverses formes d’art électroacoustique. Il a été réalisé en collaboration avec l’GRM et est au nombre des réalisations récentes présentant des artistes électroacoustiques internationaux. Ce disque a un intérêt particulier puisqu on y trouve principalement la réédition de Requiem, une œuvre composée et interprétée pour la première fois en 1973 et qui avait paru à l’origine sur un disque vinyl de l’GRM.

Chion est un électroacousticien français de la première heure et un des principaux théoriciens dans le domaine, partisan d’un retour aux principes de non-causalité à l’origine de la musique concrète et composant rigoureusement dans ce style. Son œuvre est vaste et d’une grande diversité, sa carrière couvre les années soixante à nos jours et inclut des pièces importantes, des «mélodrames concrèts», tels que La tentation de saint Antoine et Le prisonnier du son.

Requiem, dont le texte est basé sur la Messe des funérailles, est un ensemble de “témoignages” de sources vocales différentes, en dix mouvements et d’une durée totale de 37 minutes. Avec un mélange et une juxtaposition rapide de sons électroniques et de sons environnementaux, une myriade de styles vocaux et de contextes aux textes chargés de sens, Requiem crée une effet dramatique d’embardées, surprenant quelquefois, et qui va du Sanctus le plus fou au mouvement final, un Libera Me transcendental.

Les Variations qui suivent sont un peu comme une mosaïque et sont représentatives des recherches techniques poursuivies par Chion à la fin des années 80. Des blocs de matériel contrastant changeant constamment et introduits par un bref thème de valse se developpent en une réflexion et une «affirmation de la tornade de la vie».

La dernière pièce sur le disque, Nuit noire, est un exemple parfait du style monodramatique de Chion. Un héros anonyme gémissant et grognant déambule tel un somnambule au milieu d’une série de séquences cauchemardesques. Angoisse, terreur, folie… un portrait des profondeurs dans lesquelles l’humain peut descendre. La pièce de Michel Chion est une forme de musique concrète des plus pures et des plus dépouillées. Peut-être aussi des plus profondes.

… une forme de musique concrète des plus pures et des plus dépouillées. Peut-être aussi des plus profondes.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.