C’est le temps des récoltes

François Tousignant, Le Devoir, 19 octobre 1996

Amateurs de découvertes, vous allez être servis. L’insolite, l’original et le neuf sont ici au rendez-vous avec la plus grande efficacité et l’art dans ce qu’il a de plus attirant et gratifiant. Le Britannique Jonty Harrison nous emmène en voyage comme seul sait le faire un électroacousticien de haute-voltige. Murmures de cloches, bulles synthétiques, dialogues des sons de tout genres se répercutant d’un haut-parleur à l’autre, sont les artifices de son langage. C’est le degré un de la séduction, celui qui force la deuxième écoute. Alors, on entre dans un univers qui titille le cerveau, chatouille l’oreille, fascine le cœur et ravit l’auditeur.

Naturellement, il ne s’agit pas de musique d’atmosphère; il est question de sonorités mises en forme (et parfois déformées, quel bonheur) dans ce qu’elles ont de plus subtil et ténu. Le compositeur s’intéresse à une texture, à une couleur, la manipule, la fait voyager, lui associe quelques objets sonores qui la mettent en relief, lui font parcourir un itinéraire original et qui révèle un sens à la fois ludique et intelligent.

… et ainsi de suite… en est un bel exemple; pendant les vingt minutes de cette «suite», aucun moment d’ennui ni méme de lassitude. Si vous voulez apprivoiser la musique sur bande, c’est par là qu’il vous faut commencer. Harrison n’agresse pas, il séduit, et le charme britannique est irrésistible, vous le savez bien.

L’univers sonore est volontairement restreint. Cela permet de se repérer plus facilement et surtout de suivre le processus ou, plus justement, la surprise dans l’évolution des processus. Il ne faut pas confondre cette notion avec celle de procédé. Le procédé ennuie par sa répétitivité et la prévisibilité même avec laquelle un événement qui se voudrait surprise; le processus, lui, permet d’établir un réseau et de s’en écarter pour créer la véritable surprise, même nuancée et fine, et stimuler l’attention, donc, en musique, l’émotion.

Cette petite collection de perles rares arrive comme un bain de fraîcheur dans un univers qui parfois semble uniformément morne. C’est qu’au lieu de faire une démonstration savante de son esthétique, le compositeur s’adresse d’abord au côté inquisiteur de l’oreille, l’oreille qui cherche, curieuse. Et qui trouve! C’est cela le plus beau.

Petite anecdote cocasse et humoristique: on indique que ce disque est «produit au Québec, made in Canada». Comprenne ce qu’il veut qui le pourra.

L’insolite, l’original et le neuf sont ici au rendez-vous avec la plus grande efficacité et l’art dans ce qu’il a de plus attirant et gratifiant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.