La musique électroacoustique résiste au temps

Philippe Tétreau, La Presse, 14 juin 1997

«N’ajustez pas votre appareil»

Des quatre récentes parutions, commençons par Kaleidos de Stéphane Roy. Ici les sonorités acousmatiques se présentent avec une rare délicatesse de traitement. Le vacarme y est proscrit. On retrouve plutôt dans les éléments retenus une grande et judicieuse parcimonie qui permet l’affirmarion d’un véritable style. Vitesse, bruissements, tensions mais surtout douceur, douceur qui parfois frise l’assoupissement, pour déboucher — qui sait? — dans le rêve. Roy opte surtout pour des sonorités éoliennes plutôt que pour des valeurs rythmiques. Aussi perçoit-on dans ses réalisations force grains de poussière, des tempêtes de sable où défilent des bribes de tout poil. Dans la pièce Mimetismo qui ouvre le programme, Roy superpose les sonorités de la guitare (celle d’Arturo Parra) aux ondes fugaces des machines. Nait de cette union un mimétisme certain qui se transforme finalement en une osmose.

Vitesse, bruissements, tensions mais surtout douceur…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.