Martin Tétreault, platiniste extrême

Philippe Robert, Coda Magazine, no 52, 1 janvier 2004

Si les disques traditionnels ont déserté la platine du Québecois, c’est au profit d’une exploration sans frontière de la lutherie phonographique. Un coffret en duo avec Otomo Yoshihide fait le point sur ces avancées du turntablism.

Dans le champ des musiques expérimentales sévissent également des DJ qu’on appelle platinistes, probablement pour différencier leur pratique, qui sur le modèle des pistes suscitées par John Cage, est plus étendue. Ainsi en est-il de la démarche de Martin Tétreault qui a commencé, comme beaucoup de ses confrères, par s’intéresser à la citation et à l’idée de piratage, avant d’œuvrer dans un secteur plus bruitiste. S’il a d’abord joué des disques, de leur contenu comme de leurs craquements, variant leur vitesse de lecture et sautant de l’un à l’autre pour générer, à l’instar d’un Christian Marclay, des apparitions lexicales plus ou moins saugrenues, c’est désormais pour les moyens de reproduction en eux-mêmes qu’il se passionne. «Un jour, j’ai pris un disque, l’ai coupé en son milieu, en ai fixé les deux moitiés ensemble, mais inversées, et l’ai mis sur un pick-up pour l’écouter. Tout est parti de là», comme le raconte ce plasticien de formation. «La platine, qui me fascinait depuis l’enfance, était devenu un objet actif». Cependant, plus qu’en lecteur sophistiqué comme il l’a utilisé en duo avec le guitariste René Lussier par exemple, c’est maintenant en tant que véritable générateur de sons que Tétreault a transformé la platine, abandonnant tout ce qui avait trait au détournement pour ne plus se consacrer qu’à elle. En la modifiant et l’explorant ainsi que ses à-côtés. «La platine en elle-même peut produire du son car son aiguille et la cellule peuvent agir comme un microphone. L’aiguille posée directement sur le plateau crée des vibrations dont on peut amplifier le volume». Singulier, son art est centré sur la musique des objets: deux à quatre platines dont il joue, chacune équipée de plusieurs bras, avec des aiguilles préparées reliées à des ressorts ou des ballons, l’ensemble passant au travers d’un mélangeur. «Avec les deux bras» confie-t-il râvi, «je peux obtenir des effets de delay». Effectivement, le résultat sonore est saisissant, comme en témoigne un coffret qui vient de sortir, réalisé en compagnie du Japonais Otomo Yoshihide.

Comme lui, ce dernier, influencé par Sachiko M, a délaissé le zapping (il a longuement théorisé le virus sampling) et tout ce qui est de l’ordre des réminiscences pour ne plus se consacrer qu’au son, notamment au sein d’l.S.O. et de Filament. «À un moment donné» confie-t-il, «j’en ai eu assez de travailler sur le processus d’échantillonnage. J’ai alors trouvé plus intéressant d’expérimenter sans disque, de produire du feedback, des bruits parasites et de les monter ensemble. D’essayer de nouvelles techniques». En trois cd, ces deux musiciens inventent une symphonie de scratches corrosifs (le premier est un véritable duo dans les conditions du live, le second, un remix analogique signé Tétreault, et le troisième, un remix numérique de Yoshihide) dont l’architecture fascine. Une architecture peut-être d’ailleurs indirectement et en partie influencée par la techno qu’il dit apprécier pour certaines de ses qualités: «J’aime son évolution verticale: un élément apparaît, un autre disparait, dans un flux continu propice à la trance». Ce duo, on l’aimera aussi jusqu’au vertige.

Martin Tétreault / Otomo YoshihideS/t LP (Ambiances Magnétiques/Orkhêstra) Martin Tétreault sera en tournée en France avec MXTC au cours du printemps 2004.

En trois cd, ces deux musiciens inventent une symphonie de scratches corrosifs… dont l’architecture fascine.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.