Critique

Jérôme Provençal, Les Inrockuptibles, no 447, 23 juin 2004

Triple offensive de deux redoutables poseurs de bombes-platines. Splendide désordre. La dématerialisation ne faisant rlen qu’à gagner du terrain (si l’on peut dire), prenons plaisir à parler d’un disque d’abord en tant qu’objet. Ce plaisir sera d’autant plus vif que l’objet-disque qui nous intéresse présente plusieurs signes ostensibles de non-conformismes: prenant la forme d’un coffret miniature semblable à une boîte à bijoux, il contient trois mini-cd,tous trois glissés dans une feuille de papier gris. Miniature, mini, mince… Cela signifie-t-il qu’ici tout est riquiqui? Pas du tout, mais alors pas du tout! Tout entière composée d’ondes de choc, la chaotique musique que déversent, ensemble ou séparément, Otomo Yoshihide et Martin Tétreault, tendrait plutôt, avec une vigueur vite perceptible, à un ravissement maximal des tympans. Cette saine entreprise de décrassage n’étonne guère de la part de deux trublions notoires, platinistes - un platiniste étant, sachez-le, non pas un disciple de Michel Platini, mais un manipulateur plus ou moins indiscipliné de platine-disques - véhéments, persuadés que le bruit est une aventure que chaque enregistrement réitére. Aprés tout, si ce n’est pas pour chahuter l’inconnu, à quoi bon s’en aller en studio? Studio, tel est d’ailleurs le titre du disque, abrasif exemple de dissiddence sonique, né de la rencontre entre nos chercheurs de noises. De ce Studio en splendide désordre, Tétreault a effectué un remix analogique, tandis que le kamikaze Yoshihide lui faisait subir les derniers outrages numériques. Le tout est à prendre ou à laisser. On prend.

…la chaotique musique que déversent… Otomo Yoshihide et Martin Tétreault tendrait plutôt, avec une vigueur vite perceptible, un ravissement maximal des tympans.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.