Critique

Michel Henritzi, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004

Trois mini-cds emballés dans une petite boîte ouatée, enregistrement studio de 2 turntabilists iconoclastes, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide, remixés avec l’outil numérique par Otomo, l’autre façon analogique à l’aide de magnétophones à bande) par Tétreault. Ce qui pourrait sembler un disque de plus de platiniste s’avére une expérience étonnante du coté du jeu instrumental et de l’abstraction noise. One, two, three, four! Pur moment de rock’n’roll balancé par les deux platines aveugles, rythmique binaire d’un ploc vinylique boiteux, feedback confondant des têtes de lectures rayant la surface de notre ouïe. La deuxième pièce va se promener du côté des infra-basses et travailler nos fondements. Suivent deux improvisations faites ds scratches suraigus, d’accidents soniques, de buzz et de feedbacks, conduisant leur set à une abstraction radicale, mais là presque plus normal chez les improvisateurs. Aucune citation jouée, Otomo en a fait une règle, sans doute aucun disque non plus, si ce n’est les seules fins de sillons, le vinyle pur scarifié par les têtes de lecture. Concept sauvage asséné à coups de marteaux, platines et surfaces vinyliques malmenées, comme la mise en scène de la théorie du chaos. On entendrait presque leur jubilation d’iconoclastes libertaires à foutre en l’air les appareillages de la répétition et de la reproduction. Le bruit serait le rire de la musique et le leur.

Analog remix. Défilement speedé des bandes voulant l’accident, Tétreault en coureur de fond, scratchant les bandes comme ses vinyles, poussant les manettes à fond, avec l’angoisse que la bande se déchire dans une telle accélération. La matière enregistrée était déjà pas mal abstraite, ce nouveau passage dans ce qui s’apparente à une machinerie roussélienne grandit l’énigme.

Digital remix. Otomo a une capacité à retourner les usages et les attentes inouïe. Là où l’on pouvait s’attendre à une suite de clicks et cuts glissants l’un sur l’autre, il balance dans une arythmie de taulier des sons percussifs brutaux (on songe à Einsturzonde Neubauten des débuts), des débordements sales de craquements et des fréquences aiguës extrêmes, comme s’il choisissait d’opposer à la propreté informatique un son trivial, un son authentique, donc sale. Renvoyant toute la laptop music au rayon de la prophylaxie new age. Difficile d’y entendre un son électronique, méme un sample, c’est un enregistrement qui est remonté, mixé, façon analogique qu’on prend dans l’écoute, un truc qui a des aspérités, un grain concret. On va jusqu’à redessiner des gestes qui pourtant n’ont pas eu lieu tellement son approche est confondante. Une belle leçon de remix.

Une belle leçon de remix.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.