electrocd

Du bruit tombant sur des feuilles de choux

Catherine Perrey, Décibels, 23 février 1998

La musique concrète a cinquante ans. Habituellement, cinquante ans, c’est l’âge de la maturité. Pourtant, cette musique a encore tout à faire dans l’immense territoire qu’elle occupe et semble tout juste sortie de la puberté. Ses ingrédients de prédilection sont des sons que l’on pourrait qualifier de familiers, qui sont enregistrés, puis ensuite manipulés et transformés. La musique concrète rassemble des artisans qui travaillent le matériau sonore, le dissèquent, changent sa densité et son apparence première, pour le magnifier et provoquer des rencontres inouïes entre éléments apparemment disparates.

L’étiquette montréalaise empreintes DIGITALes, sous la direction artistique de Jean-François Denis, vient de lancer un disque compact présentant l’état de la galaxie électroacoustique. Miniatures concrètes, concentre vingt-quatre œuvres [de trois minutes] de vingt-quatre compositeurs issus de douze pays différents. En quelque sorte, c’est un état des lieux de la musique électroacoustique, l’héritage légué par Pierre Schaeffer et Pierre Henry, pionniers du genre en 1948.

Dans le domaine des arts plastiques, on dit de la miniature qu’elle est un «genre de peinture délicate de petite dimension». Un univers pictural en dimensions réduites. La miniature concrète, pièce électroacoustique de trois minutes, doit livrer en un temps bref, un univers concis qui doit porter la marque du compositeur et donner les éléments de définition d’un certain paysage sonore, sa texture et son odeur. Il ne s’agit pas d’œuvres tronquées, mais bien de pièces parfaitement autonomes dont le but avoué est de faire entrer l’auditeur en électroacoustique comme on entre en religion. La musique électroacoustique demande à ce que l’on déplie et déploie ses oreilles pour les transformer en d’aimables feuilles de chou prêtes à recevoir la quintessence des sons. Elle demande l’offrande et la disponibilité de l’auditeur, qui voyage au cœur des éléments, enveloppé par eux, et finit par être capturé par d’étranges spirales sonores.

Les vingt-quatre pièces de Miniatures concrètes forment un tout presque curieusement homogène, qui cherche à montrer ce qui unit les compositeurs sur le front de la construction des œuvres, au delà des disparités. Paru sept ans auparavant sur la même étiquette, Électro clips [IMED 9604] semblait cependant célébrer un mouvement contraire, et célébrer les disparités au delà d’un terreau commun.

… l’état de la galaxie électroacoustique.