Critique

Dan Warburton, Art Zéro, no 13, 17 août 1998

Les vieilles différences idéologiques entre la musique électronique — les sons purement electroniques, «complètement calibrés» (Ferrari) — et la musique concrète — au debut créée à partir des sons déjà existants, des objets trouvés — sont aujourd’hui presque complètement oubliées. La musique électronique sérielle a évolué dans les années soixante — surtout dans les studios de Princeton (Babbitt, et al.) aux États-Unis — jusqu’à l’utilisation quasiment obligatoire des ordinateurs; d’autre part, l’omniprésence des échantillonneurs, en révolutionnant le travail sur l’objet trouvé, a également amené les concrets européens au même point de croisement: l’informatique.

Le concept de Miniatures concrètes, 24 morceaux de trois minutes de 24 compositeurs, chacun devant utiliser les trois mêmes sons comme matériel de base, est fascinant. Écouter comment chaque compositeur incorpore ou non les sons est en-soi intéressant: de la poésie presque campagnarde de Natasha Barrett, en passant par la (nouvelle) complexité de Paul Steenhuisen et Roger Doyle à la ‘musique d’horreur’ de Bad Room de Sylvia Eckermann et Mathias Fuchs. Certes, il y a des morceaux moins prenants (soyons patients… trois minutes passent assez vite), mais cette compilation est fortement recommandée aux gens qui cherchent un bon aperçu de genre de musique.