Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 7, 1 septembre 1990

Le titre général du premier CD, Lieux inouïs, se réfère à la création d’espaces virtuels inédits et inexplorés que la composition électroacoustique permet d’aborder. Dans certains cas, on pourrait même parler de «cinéma pour l’oreille,» tant cette musique est génératrice d’images. Chacun est libre de son imagination et d’apporter, si cela lui semble nécessaire, une quelconque interprétation.

Tantôt imprégnée de certains élans religieux (la pièce Mémoires vives a d’ailleurs pour seul matériau sonore des extraits de Requiem retravaillés avec des outils informatiques), tantôt marquée par des éléments beaucoup plus concrets (musiciens du métro, éléments naturels), la musique de Normandeau est très profonde mais avec une légère tendance à tomber dans le «planant» (longues trames sonores noyées dans la réverbération).

… la musique de Normandeau est très profonde…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.