Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 42, 1 décembre 1999

Je ne sais pourquoi, mais j’ai une nette préférence pour la troisième pièce que Robert Normandeau présente ici, Venture. Peut-être parce que j’ai été initié à la musique concrète dans mon adolescence par Revolution No.9. Et les citations (dont l’auteur réfute la finalité) de ce titre des Beatles parsèment la composition du Québécois. Oh certes, dans son commentaire, il se réfère plutôt aux Ventures, parce que son premier microsillon était justement un enregistrement de ce groupe! Et aussi à Moussorgsky… Mais là où les archétypes sonores des années soixante et soixante-dix sont plutôt — me semble-t-il — implicites et pas toujours identifiables, ceux qui sont tires de Revolution No.9 (mais aussi le final de A Day In The Life) sont explicites et reviennent regulierement tout au long des 19 minutes de l’œuvre. Sentiment tout personnel, probablement, dû à ma propre appropriation de l’héritage sonore de ces années. Quoiqu’il en soit Venture est une fresque envoûtante. C’est aussi à une appropriation toute personnelle du Petit Prince que Robert Normandeau se livre avec Le renard et la rose, dans la mœure où il privilegie une approche sonore de l’onomatopée combinée à quelques thèmes musicaux évoquant les différents personnages de Saint-Exupéry. Une pièce bien rythmée, vivante, gaie (et innocente?).

L’exercice de Figures de rhétorique apparait plus conventionnel dans son principe: un chassé-croisé constant entre une bande son et un piano, ce dernier servi par Jacques Drouin, membre du Nouvel Ensemble Moderne de Montréal. Tout comme Ellipse, croisement entre une bande sonore et la guitare de Arturo Parra, dont sont utilisés des éléments de jeu (souvenez-vous de Metamorphoses de Lagos / Venosta / Mariani, dont il fut question dans le précédent numéro de REtC): deux pièces qui s’apparentent davantage à des études, intéressantes, mais sans l’imaginaire que vehiculent Le renard et la rose et Venture.

Venture est une fresque envoûtante.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.