electrocd

Disques

Boris Wlassoff, Revue & Corrigée, no 71, 1 mars 2007

Inutile de présenter les protagonistes. Inutile aussi de rappeler l’ancienneté traditionnelle du médium disque passé du statut d’objet à celui d’instrument, entraînant à sa suite la machine de diffusion elle-même dont la pointe et le corps amplifié devaient se révéler un instrument riche en possibilités. Inutile encore de rappeler les linéaments nombreux qui, de Pierre Schaeffer et ses sillons fermés à Milan Knizak et aux facéties de John Cage période Fluxus, en passant par le rap et le scratch, fondent en légitimité la riche histoire tant populaire qu’avant-gardiste de la platine. Quoi qu’il en soit, Martin Tétreault, plasticien d’origine, aura marqué les esprits par la richesse de ses préparations, l’audace de ses attaques soniques excluant le recours trop marqué à la citation au bénéfice de la pure électricité: ce qu’Otomo, fidèle aux turntables depuis au moins Ground Zero, aura accompagné via l’onkyo d’un mouvement vers l’infime, les craquements, le souffle. Ce 4. Hmmm fait d’extraits d’une tournée sans fin, sillon géographique répondant aux vinyles par une errance d’atmosphères, de pays, de sensations, témoigne de leur inévitable rencontre. Les deux partenaires mêlent leurs lutheries, pulsant une houle d’attaque et de déferlante granulaire incandescente proche du crash auditif. Ils se posent aussi en héritiers cagiens d’une ouverture aux sons révélatrice d’un état heureux de la matière, cette acceptation non discriminante du monde lui-même. Musique zen donc, par sa disponibilité au matériau. On pense aux travaux de Yasunao Tone, maître en procédures qui vont à leur terme quel qu’en soit le prix esthétique. Martin Tétreault et Otomo Yoshihide nous convient à un moment de live authentique où le geste et la pensée ont cette beauté particulière de la musique concrète: brute et convulsive. Un monde d’amplitude et de fréquences en fusion dévorées par le temps.

Un monde d’amplitude et de fréquences en fusion dévorées par le temps.