Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 1 mai 2000

Marc Tremblay enseigne à Matane (Québec). Il a d’abord fait des études en percussion au Conservatoire de Chicoutimi, puis a étudié en musique électroacoustique au Conservatoire de Montréal. Il a collaboré avec Michel Ratté et Martin Tétreault et travaille présentement à un projet de film western avec l’écrivain Gilles Arteau.

Bruit-graffiti constitue son premier disque. L’approche de Marc Tremblay est ancrée dans le populaire. Bruit-graffiti propose six œuvres qui font toutes appel aux sons quotidiens. Pas de musique concrète ici: l’auditeur reconnaît les sources, en fait cette identification fait partie intégrante du plaisir d’écoute. Tremblay est à la fois évocateur et citationniste. La première pièce, Vroum, consacrée à l’automobile, débute par le «Beep beep» de Drive My Car des The Beatles. Le ton est donné. Cette pièce explore les possibilités sonores de l’automobile — joli concert de klaxons. Dans Conte sous la lune, Tremblay évoque l’univers de l’enfance — Grand-Papa Bi fait une apparition surprise. Cowboy Fiction est la pièce la plus intéressante du disque. Elle est constuire à partir de deux films western (El Dorado et The Searchers), en plus d’échantillons de Hank Williams. Le climat est superbement rendu. «… Ceci est un message enregistré…» explore le monde du téléphone, en laissant une large place aux conversations érotiques — une belle allégorie sur la difficulté de communiquer. L’argent… toujours l’argent! nous rappelle ce qui mène le monde. Toutes ces pièces ont entre 10 et 15 minutes. Résidus (clip dadaïste) en fait cinq [et] constitue la plus horrible pièce électroacoustique que j’aie entendu. Clip dadaïste en hommage à la Fontaine de Marcel Duchamp, Résidus (clip dadaïste) utilise des bruits entendus dans les toilettes. Pièce très graphique, qui ne laisse aucune place à l’imagination, elle tire un sourire au cours des deux premières minutes qui se transforme en moue de dégoût par la suite.

Bruit-graffiti n’appartient pas au même monde que l’art électroacoustique si poétique de Francis Dhomont. Plus populiste, mais en même temps plus accessible, voire rigolo, Bruit-graffiti s’écoute facilement, sans effort et réserve plusieurs surprises à l’auditeur. J’ai beaucoup aimé.

Très fortement recommandé ****

Plus populiste, mais en même temps plus accessible, voire rigolo… s’écoute facilement, sans effort et réserve plusieurs surprises …

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.