Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 46, 1 décembre 2000

Jeune compositeur électroacousticien de Montréal, Louis Dufort, nous offre ici un échantillon de son travail de ces dernières années. Les quatre pièces de ce recueil, qu’elles soient à finalité purement musicale, ou, tel Décap, le support d’une chorégraphie, ont entre elles une certaine affinité. Celle-ci réside d’abord par les sonorités, proches du bruit blanc, mais loin de toute uniformité, car elles sont plus ou moins étirées ou compressées, affectées quelques fois de rythmes trépidants ou se noyant dans des espaces de silence inattendus pour resurgir avec un dynamisme renouvelé quelques secondes plus tard. L’auditeur semble ainsi passer constamment d’une forme d’expressionnisme un peu bruitiste vers une abstraction plus impressionniste. Cela est particulièrement le cas de Pointe-aux-Trembles, illustration sonore d’un complexe pétrochimique.

L’autre aspect notable, c’est la force et la conviction avec laquelle Louis Dufort assène son propos. Sa musique enlace l’auditeur, le transperce, saisit ses sens, bref, le captive par le jeu constamment mêlé entre la linéarité de la trame sonore et les divers effets en surimpression, tantôt purement électroacoustiques, tantôt fait de voix retravaillées. Une connexion impressionnante…

Sa musique enlace l’auditeur, le transperce, saisit ses sens…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.