electrocd

Critique

Stéphane Fivaz, Heimdallr, 1 janvier 2001

Encore une production de l’excellent label canadien empreintes DIGITALes, cette fois-ci avec l’artiste de Toronto Randall Smith, spécialiste entre autre de musiques de film. Toujours dans une veine électroacoustique, cet album innove tant par la pallete impressionante de sons utilisés que par l’ingéniosité et l’inventivité des créations ainsi obtenues. Smith, après avoir donc travaillé pour le septième art, est devenu une référence dans le petit monde de l’électroacoustique, ayant présenté ses travaux dans le monde entier, et reçus moults récompenses méritées. En effet, cet album est surprenant autant que captivant Randall Smith détient les clés de son monde étrange, et nous les livre petit à petit, morceau après morceau, note après note, pour ouvrir les portes d’un paradis sonore impressionnant de maturité et de cohérence. En mélangeant les sources acoustiques et digitales, la pureté des sons gagne en crédibilité. On retrouve ça et là des morccaux éparses de flûte, de guitare, de cuivres, de cordes, etc… savamment assemblés en une construction sonore avant-gardiste. Pour une oreille peu habituée à ces sonorités, on pourrait penser à une orchestre symphonique en train de s’accorder, mais cette pensée est certes reductrice, tant ce travail est fourni et intense, sur la corde raide. Entre calme ambient et rêveries industrielles, sur fonds de tambourin imaginaires. Excellent!

… cet album innove tant par la pallete impressionante de sons utilisés que par l’ingéniosité et l’inventivité des créations ainsi obtenues.