electrocd

Critique

SH, Octopus, no 13, 18 janvier 2001

Tout est vibration, ondulation, scintillement, télescopage, balancement dans les pièces pour bandes de Randall Smith, né à [Windsor, Ontario] en 1960. C’est aussi minéral, liquide, incandescent. Essentiellement de la musique électroacoustique. Il utilise avec une belle intelligence les possibilités du violon et du violoncelle S’il était une métaphore de cette musique apparemment abstraite, c’est au mouvement d’une corde que l’on pourrait songer immédiatement: une corde frottée, pincée, tirée, fouettée. Sondes regroupe les compositions des quatre dernières années. L’ensemble forme un collage chatoyant, délicat et finement édifié. L’effet est entrainant, dansant parfois, gracieux certainement. Ce n’est pas pour autant joyeux. La fête se mêle à la douleur; le rire à la tristesse. La musique y est également organique, sanguine. Randall Smith semble désigner de son doigt un point du ciel ou de la terre, un endroit qu’on ne peut distinguer parce que l’on n’utilise pas tout de suite la bonne focale. La précision se fait petit à petit, le ciel se dégage lentement, le brouillard se lève sans précipitation. Le compositeur ne recule pas devant la manipulation technologique tout en laissant une large part à la naturalité du son émis. Contrepoint, rythme et harmonie demeurent les règles de base de la composition musicale selon Smith. Le matériau y est texturé, le son percutant et contrapuntique. Les images sont celle de films populaires ou expérimentaux, de Jaws à Freaks, d’Apocalypse Now à Fourmiz… Ces pièces fonctionnent comme des lieux géographiques d’un monde imaginaire, comme les lettres de l’Alphabet dans les aventures de Philémon, dessinées par Fred. Quelque chose ne tourne décidément pas rond dans la tête de Randall Smith, cela doit étre sa musique.

… un collage chatoyant, délicat et finement édifié.