Critique

Stéphane Fivaz, Heimdallr, 1 mai 2001

Voilà une nouvelle réalisation du label canadien empreintes DIGITALes, spécialisé dans l’électroacoustique, qui ne va pas être aussi facile d’accès que les précedentes. Pourtant aucun des sons figurant dans cet album ne nous est inconnu. Jonty Harrison les a puisés en parcourant une rue, la rue Schaeffer, d’un côté comme de l’autre du trottoir, ou en s’installant dans une cuisine, dans une forêt, près d’une source d’eau, et a saisi au vol tous les sons qui l’intéressaient et l’intriguaient. On se plaît à reconnaître la source de cette banque sonore impressionnante, dans divers bruits très communs et banaux, auxquels on ne préte souvent pas attention, ou pas assez… Ce n’est qu’après avoir récolté tous ces sons que le travail de composition intervient, cherchant une entité sonore compatible avec l’ensemble, rendant cet amas diversifié et hétéroclite en une masse homogène et cohérente. Des paroles éparpillées, des casseroles, des freins, des voitures, des barres d’aluminium, des tiges de métal, des gouttes d’eau, etc… Tous ces sons que l’on ne pourra plus entendre de la même façon après avoir prété une oreille attentive à ce disque. Un travail impressionnant et fort intéressant!

Un travail impressionnant et fort intéressant!