British Connection

Réjean Beaucage, Voir, 17 juin 2001

C’est par l’étiquette de disques bien de chez nous empreintes DIGITALes que nous arrive, après celles de Wolfe, des Beatles, des punks et de l’électronica une nouvelle «invasion britannique». Électroacoustique, celle-là. Deux disques lancés en avril nous ramènent les musiques de Denis Smalley et Jonty Harrison, tandis qu’un troisième nous fait découvrir celle d’Adrian Moore. Smalley et Harrison ont des approches du son assez semblables, qui produisent pourtant des résultats bien différents. Alors que le premier utilise des sons concrets pour les agrandir et leur donner la taille d’un paysage dans lequel l’auditeur peut pénétrer, le second se tient au plus près de l’objet et nous fait voyager à sa surface. C’est le deuxième disque chez empreintes DIGITALes pour ces deux compositeurs qui sont des piliers de l’école anglaise d’acousmatique. Le disque de Harrison nous permet d’entendre sa pièce Klang, récipiendaire en 1992 d’un Euphonie d’or au Concours international de musique électroacoustique de Bourges, et dont il a été dit qu’elle était l’une des œuvres les plus marquantes de l’histoire de cette compétition.

… l’une des œuvres les plus marquantes de l’histoire…