Chronique

Julien Jaffré, Jade, 1 août 2001

Louis Dufort, 31 ans, premier prix du Conservatoire de Montréal, compositeur de la compagnie de Marie Chouinard, est un brillant iconoclaste. Il aime ainsi à intégrer des éléments non-musicaux dans sa trame musicale: «Objets, corps, couleurs et anecdotes sonores donnent lieu à des jeux de perception dans lesquelles est immergé l’auditeur. Les matériaux sonores sont ainsi trafiqués pour en soutirer des profils musicaux où poésie et représentation narrative du son servent de balises à l’élaboration de l’œuvre». La limpidité de ses travaux offre un profond vertige soucieux d’allier tradition et modernité. Ses compositions électroacoustiques et atmosphériques sont empruntes d’angoisse, d’images pesantes et d’accalmies majestueusement fluides et dynamiques dans le même temps. Comme si Francisco López signé la BO de «la machine molle» sur Ant-Zen. Impressionnant.

La limpidité de ses travaux offre un profond vertige soucieux d’allier tradition et modernité… Impressionnant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.