electrocd

FIMAV 2010, Jour 2

François Couture, Monsieur Délire, 22 mai 2010

Avant le premier concert, nous sommes retournés voir l’installation sonore d’Érick d’Orion. D’abord, elle est plastiquement superbe: six pianos en ruine de formes et d’époques variées. Très classe. La bande-son des solos de piano est présente mais discrète, enterrée par les vibrations provoquées par les moteurs qu’elle entraîne (jeu d’assignation numérique des fréquences de la bande). Du beau boulot.

Très classe. Du beau boulot.