electrocd

Le 26e FIMAV se lance sur six pianos

Yanick Poisson, La Tribune, 21 mai 2010

Le directeur artistique du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), Michel Levasseur, a donné le coup d’envoi à la 26e reprise de son événement, jeudi soir, avec un an de retard. Selon lui, le stress relié à l’obsession de bien faire après cette année sabbatique s’est transformé en une adrénaline qui donnera son énergie à une étape cruciale dans l’histoire de l’événement.

«Nous avons retranché une journée au Festival cette année. En revanche, nous nous sommes imposé le stress d’ajouter une journée pour les installations sonores et la présentation du spectacle de Nabaz’mob aux écoliers, des choses que nous n’avions pas faites depuis un bout de temps. Maintenant que ces étapes sont franchies, le stress s’est transformé en adrénaline», a indiqué M Levasseur.

Sans en dévoiler le nombre, le fondateur du FIMAV a d’entrée de jeu admis que le 26e événement ne sera pas aussi prisé que son précédent, qui a eu lieu en 2008. Il faut dire que le 25e avait été une édition festive et que l’année de relâche a certainement eu un impact sur la pré-vente de billets. Peu importe l’achalandage du week-end, Michel Levasseur n’espère qu’une chose, c’est que le Festival retrouve sa vivacité d’antan.

Afin d’ouvrir de belle façon le 26e FIMAV, Michel Levasseur a fait appel à Éric d’Orion et à son installation Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste. Cette œuvre consiste, comme son nom l’indique, en six pianos munis de moteurs qui entonnent autant de partitions différentes sans l’aide de pianistes. La particularité avec ces pianos est le fait qu’ils ont tous des imperfections et qu’ils n’ont donc pas le même son qu’un piano en bon état.

«Dans cette installation, j’ai recherché un moyen de donner une vie à des objets qui ne sont plus utilisés. J’ai appelé chez un restaurateur de pianos qui a été très heureux de me vendre six pianos défectueux pour 1000$. Il est même venu me les livrer», a-t-il expliqué.

L’artiste a ensuite choisi une série de pièces allant du jazz de Duke Ellington au «gros rap sale» et a attitré, par ordinateur, des trames à chacun des pianos. Le résultat est impressionnant.

Éric d’Orion en est à sa deuxième participation au FIMAV. De son propre aveu, sa première visite à Victoriaville, il y a de cela sept ans, lui a permis de faire son chemin sur la scène internationale. «Que tu sois n’importe où, le FIMAV est un joueur majeur dans le milieu et c’est sûr que d’intégrer ça dans ton CV ouvre plusieurs portes», a-t-il conclu.

Le résultat est impressionnant.