Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 26 mai 2010

Paru en 2008, mais je ne l’avais jamais reçu, alors j’ai saisi l’occasion du concert de Bold (dont fait partie Bernier) au FIMAV pour acquérir ce petit bijou. Un splendide album d’électroacoustique métissée d’éléments post-classique — piano, violon, trombone, beaucoup de beauté calme, de quiétude, mais aussi de la véhémence (un peu comme Francis Dhomont sait être véhément). Si ma mémoire est bonne, Bernier a gagné un prix OPUS pour ce disque; croyez-moi, il ne l’a pas volé.

Bernier a gagné un prix Opus pour ce disque; croyez-moi, il ne l’a pas volé.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.