Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 49, 1 septembre 2001

Près d’une génération sépare ces deux compositeurs britanniques de musiques électroacoustiques. Adrian Moore fut d’ailleurs l’éléve du premier. Tous deux œuvrent toutefois dans la tradition du GRM, travaillent la matière sonore à partir de sources diverses et concrétes: le bois, les casseroles en terre, l’élément aquatique ou gazeux, déchets divers pour le premier, le crayon-feutre sur un tableau, la feuille d’étain, les verres, les ballons… pour le second. Les approches n’en sont toutefois pas identiques, malgré les points de rencontre. Jonty Harrison semble privilégier une approche plus narrative des sons, plus expressive dans son traitement du son originel. Il introduit en fait un élément de composition plus nettement repérable pour l’auditeur profane, d’autant plus qu’il travaille sur des sons du quotidien auxquels en général on ne préte que peu d’attention, telle la symphonie cuisinière de Klang.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.