Une étiquette virtuelle et vivante

David Cantin, Le Devoir, 8 décembre 2001

Quatre ans après son éclosion, voilà que le site montréalais de mp3 No Type s’associe à l’étiquette de musique électroacoustique empreintes DIGITALes afin de mieux diffuser le travail «de nouveaux créateurs ignorés des circuits habituels».

Toujours en marge de l’industrie, la première réalisation est une double compilation qui regroupe 35 œuvres originales par autant d’artistes de No Type. De plus, du 13 au 15 décembre, c’est ce premier site de mp3 gratuit au Canada qui prendra également en charge le volet post rien (ainsi nommé parce qu’il succède [aux événements de la série de concerts électroacoustiques] Rien à voir (10)) à la Casa del Popolo. À Québec, le jeudi 13 décembre, la soirée Machines: abstractions sonores électroniques s’installera pour une incursion initiale dans le studio d’essai de Méduse, en collaboration avec Avatar et Alterflow.

Pour Érick d’Orion, membre des formations de Québec morceaux_de_machines et Napalm Jazz, The Freest of Radicals est en quelque sorte un best-of des 70 albums pour la plupart encore disponibles gratuitement sur No Type. En tout, on compte pas moins d’une quarantaine d’artistes provenant du Québec, du Canada, des États-Unis, de l’Espagne, de la Suède et de l’Angleterre. «Au début, David Turgeon, le fondateur de No Type, souhaitait rendre accessible au plus grand nombre une musique dite trop bizarre, trop bruyante ou encore pas assez vendable. Trois règles deviennent alors essentielles: la liberté créatrice, le musicien demeure en contrôle de tout et il n’y a pas d’argent qui entre, juste de l’argent qui sort.» Jusqu’en janvier 1999, les premiers à se joindre au collectif seront surtout des gens de Québec, puis la rumeur commencera à courir un peu partout. Désormais chez Alien8, le Torontois de réputation internationale Tomas Jirku s’est d’abord fait connaître grâce à No Type.

Une occasion rare

En ce qui concerne d’Orion, toujours à Québec, ses projets se rapprochent davantage de l’esprit du free-jazz, mais en utilisant les machines plutôt que les instruments traditionnels. Une facette parmi tant d’autres sur ce label. Il parle plus précisément de «free-bruit» dans le cas de Napalm Jazz alors que morceaux_de_machines expérimente plutôt du côté de la «noise-pop». «On ne cherche à effrayer personne puisqu’il existe un véritable public pour ce genre d’approche radicale. Il faut aussi savoir que seulement 30% de la production de No Type touche essentiellement à la «noise». La compilation double a l’avantage de présenter aussi les autres volets d’une musique dite de recherche.» Bien qu’Érick d’Orion se soit produit à maintes reprises à Montréal, il veut désormais installer un créneau pour ces diverses tendances de la musique électronique dans la Vieille Capitale. Après la soirée du 13 décembre au studio d’essai de Méduse, il prévoit une suite à cet événement lors du prochain Mois Multi. Le musicien insiste par contre sur quelques détails: «Il ne faut pas que les spectateurs s’attendent à entendre de la techno comme dans les raves ou un académisme purement réducteur. Cela n’a rien à voir avec ce que No Type préconise comme idée des musiques différentes. On veut proposer une véritable alternative.»

Lors de ce spectacle-lancement, des noms comme Monobor Télécom, de la France, Arborisation Terminale, du collectif Alterflow, E3F1, de Montréal, et morceaux_de_machines se produiront sur scène. Une occasion, plutôt rare à Québec, de s’initier à ces nouvelles musiques électroniques. À suivre dans un futur rapproché.

No Type s’associe à l’étiquette de musique électroacoustique empreintes DIGITALes afin de mieux diffuser le travail “de nouveaux créateurs ignorés des circuits habituels”.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.