electrocd

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 18 avril 2012

Ce CD regroupe des œuvres réalisées entre 2005 et 2011, une très belle mouture. J’en retiens particuièrement Jeu de langues, composée essentiellement de sons de respiration extraits d’enregistrements d’instrumentistes (il s’en dégage une sensualité trouble), et Anadliad, faite de cornemuse, de pibgorn et du vent qui fouette le Pays de Galles. Sans oublier Palimpseste, œuvre qui clôt (enfin!) le cycle Onomatopées dont le premier volet remonte à 1991. De la très bonne musique électroacoustique, réfléchie, maîtrisée, capable d’émouvoir (ce qui n’est pas toujours le cas chez Normandeau).

De la très bonne musique électroacoustique, réfléchie, maîtrisée, capable d’émouvoir