Critique

GP, Nightlife, no 31, 1 janvier 2002

Inspiré de lectures (Proust, HG Wells et Jules Verne) ce deuxième disque de Gilles Gobeil dans le registre électroacoustique alterne entre les sons quasi silencieux et les explosions orageuses. L’auditeur devient alors un funambule qui se promène sur un mince fil sonore bousculé par des bourrasques de vents. On retient une tension constante et un suspense aux penchants fantastiques qui n’est pas sans évoquer la musique de film.

… une tension constante et un suspense aux penchants fantastiques…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.