Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 28 janvier 2013

Érick d’Orion commet enfin un nouveau disque solo, disponible en téléchargement seulement via bandcamp. Ça déchire: de l’électronique harsh qui a de la gueule, des couilles, du bide et une cervelle en plus. La forme longue réussit bien à d’Orion: Bad Lieutenant (15 minutes) a amplement le temps de (et amplement d’outils pour) faire halluciner l’auditeur. Mais il y a beaucoup d’ordre dans ce chaos — plus qu’à l’époque de morceaux_de_machines — et un sens du dramatique qui ferait pâlir bien des scénaristes de séries télé à suspense. Bravo!

… un sens du dramatique qui ferait pâlir bien des scénaristes de séries télé à suspense.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.