Critique

Monotrains & Satellites, 1 avril 2002

Gilles Gobeil, né il y a 47 ans à Sorel est de cette génération qui a suivi les premiers tâtonnements de la musique concrète en France, avec Ferrari, Schaeffer ou Henry, les premières expériences à grande échelle de sleeping et de musique répétitive (Riley, La Monte Young, Conrad) et d’acousmatie (Bayle). Ses expériences ont accompagné sa scolarité et ses études universitaires (tout autant que les Beach Boys d’ailleurs… ). Sa réussite auprès de ses pairs (prix Ars Electronica, diverses récompenses), ses participations à de nombreux collectifs (GRM, GMEB) ont construit la personnalité de sa musique et son style. Un voyage onirique en 4 étapes qui puise ici largement son inspirations dans la littérature contamporaine (de Proust à Jules Verne, de Thomas Moore à HG Wells), des visions dépressives ou nostalgiques, oniriques ou anticipatives de voyages, qu’ils soient intérieurs ou géographiques. L’atmosphère général de l’album ne prête pas à rire, climat de tension permanente où l’on pense par moment à l’album de Faust et sa BO du Nosferatu de Murnau où aux ambiances de Morcook ou Lovecraft… L’utilisation d’ondes Martenot et de rupture violente comme sur un de ses précédents albums La mécanique des ruptures n’y étant pas étrangère. Une belle invitation au pays des rêves sombres.

Une belle invitation au pays des rêves sombres.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.