Critique

Étienne Côté-Paluck, Voir, 25 avril 2002

Après quatre ans de production en MP3, l’étiquette de disques québécoise No Type (http://www.notype.com/) fait son entrée dans le format plus traditionnel du disque compact. Sa première carte de visite, The Freest of Radicals, laisse donc entendre sur deux disques la panoplie d’artistes électroniques expérimentaux du label. Cet éclectisme ne possède aucune ligne directrice et reflète ainsi parfaitement l’esprit de No Type, qui tente d’exploiter le côté démocratique du Web. Les pièces répétitives d’inspiration techno (Tomas Jirku) ou plus proches de la musique concrète (morceaux_de_machines) amènent plus souvent qu’autrement l’utilisation de la plus rationnelle des machines (l’ordinateur) vers la sensibilité du chaos. Des pièces créées sans facilité qui tentent de pousser les limites de la musique.

Des pièces créées sans facilité qui tentent de pousser les limites de la musique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.