Love on the Bits

Fabrice Vanoverberg, Rif Raf, no 194, 1 octobre 2013

Disciple de Robert Normandeau, et ça veut dire beaucoup au fan d’électroacoustique, Martin Bédard et ses Topographies (empreintes DIGITALes) explorent un sentier certes couru depuis Iannis Xenakis, mais qui a la bonne idée de s’éloigner de l’objectif initial. Hormis un début qui évoque d’un peu trop près le souvenir du compositeur franco-grec, l’artiste québécois rend sur ses cinq pièces honneur au titre de l’album. Oubliant toute forme de monotonie assommante, Bédard multiplie les contrastes et les contre-champs, quitte à donner le vertige au milieu de la tempête. Et si parfois, on ne sait plus trop si l’on préfère la pluie eu beau temps, on y trouve toujours de quoi satisfaire une curiosité sonore de tous les instants.

… on y trouve toujours de quoi satisfaire une curiosité sonore de tous les instants.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.