Critique

JazzoSphère, 1 juin 2002

Yves Beaupré nous présente avec son album Humeur de facteur une série de pièces en guise d’illustration d’une partie du travail accompli, depuis plusieurs années, sur le son et les musiques électroacoustiques. Yves Beaupré arrive à la composition après avoir longtemps réfléchi sur le timbre, l’acoustique et la facture des clavecins. Une activité qui lui tient à cour et qui lui a donné le goût et l’attention nécessaires aux mélanges de sons, aux juxtapositions bruitistes les plus diverses. Humeur de facteur reflète parfaitement son intérêt pour les recherches électroacoustiques. Les six pièces se lisent séparément et pourtant elles participent chacune au tout. Un travail surprenant et inventif qui, loin des péroraisons inutiles, parvient à toucher à l’essentiel. Exploration minimaliste entre son et silence pour le plaisir de l’auditeur.

Un travail surprenant et inventif qui… parvient à toucher à l’essentiel.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.