Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 52, 1 juin 2002

Non, il ne s’agit pas d’une quelconque opinion formulée par Besancenot, ni même une allusion au mécontentement de votre préposé habituel à propos de l’application des 35 heures à la Poste.

Yves Beaupré est facteur d’instruments. Plus particulièrement de clavecin. Il en joue aussi d’ailleurs. Passionné par ailleurs par les traitements sonores, il nous offre ici une suite en six tableaux, basée sur l’informatisation des sonorités des divers matériaux de son instrument de prédilection (bois, laiton…).

Chaque séquence, à la fois autonome et partie d’un tout, visite non pas tant des paramètres différents, mais un univers sonore distinct. Ainsi, La Beauséjour laisse davantage que les autres tableaux transparaitre les sons de cordes, plus ou moins cristallins, tandis que La Laurendeau travaille plutôt sur des timbres évoquant l’univers aquatique des bruitages de “Yellow submarine” ou de “Octopus Garden”: La Pelots Point est parcourue de sonorités lugubres, d’effets de voix un peu chaotiques pour déboucher sur La DDB, vaste parcours d’un espace désertique parfois traversé et peu à peu animé par la présence de telle ou telle espèce virtuelle inquiétante.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.