Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 2 juin 2014

La grande communicatrice Hélène Prévost, qui fut longtemps la figure de proue des musiques actuelles à Radio-Canada, vient de publier son tout premier album solo. À la plage n’a rien d’estival: c’est le résultat d’un travail de recherche sur les sons, leurs relations mécaniques et poétiques. Dix plages allant de deux à dix minutes, chacune développant un univers sonore différent mais interrelié aux autres. Bruits désincarnés — chuintements, tappements, grondements — échantillons d’instruments (guitare, en particulier), fragments de voix. Nous sommes dans le hörspiel abstrait, l’art sonore qui présente, qui dit, laissant à l’auditeur le soin d’en tirer une narration, une évocation. Écoute exigeante, donc, mais qui donne beaucoup en retour.

Écoute exigeante, donc, mais qui donne beaucoup en retour.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.