electrocd

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 1 décembre 2014

La musique de l’électroacousticienne Roxanne Turcotte est souvent anecdotique. Elle part du quotidien et soit le transcende ou le magnifie. Ce nouveau disque propose huit morceaux composés entre 2009 et 2014. On va d’une rencontre avec le piano d’Horowitz à la mort d’un enfant, en passant par le Printemps érable. Et la voix (captée au vol, narrée, jouée) occupe beaucoup de place. De la fenêtre, la pièce d’ouverture, est aussi la plus intéressante de l’album. Elle est construite sur un texte d’Étienne Lalonde lu par deux comédiens bien connus, Pierre Lebeau et Céline Bonnier. Ici, les relations voix-son et trame narrative-ambiances sont parfaites. L’œuvre évoque Robert Normandeau et Francis Dhomont, mais on demeure résolument dans l’univers de Turcotte. Bestiaire est l’autre moment fort; sans voix, sans texte, sans programme, ce morceau passe à travers plusieurs transformations qui impressionnent et font du sens. […]

Ici, les relations voix-son et trame narrative-ambiances sont parfaites.