Critique

Julien Jaffré, Jade, no 8, 6 novembre 2002

Comment ne pas s’intéresser à deux jeunes artistes dont le premier groupe avait eu la pertinence de se baptiser Napalm Jazz, (également émission de radio), échos lointains des Naked City côtoyant les assauts digitaux de Merzbow. morceaux_de_machines se fait un malin plaisir à brouiller les pistes, à tel point qu’on ne sait vraiment plus si ils ajoutent du bruit à la mélodie ou si ils restreignent le bruit à la mélodie. Acharné de l’improvisation, le duo canadien se lâche volontiers, citant au passage l’Art du bruit de Luigi Russolo ou Anthony Burgess (Orange mécanique) pour soutenir leur discours, leur évocation libre de la création artistique. À cheval entre l’ambient, le jazz, le hip-hop baclé et le bruit blanc, morceaux_de_machines tisse des atmosphères tendues, catharsis numérique de processeurs furibonds et de lignes de programmation effrénées. Paradoxalement, leur musique n’est pas sans évoquer les productions de Deathprod sur Biosphère ou d’un Stock, hausen & walkman remixé par Kevin DrummDontigny et d’Orion se détachent de ces références en gardant une spontanéité et un abandon de soi à leur art. Ou une manière habile de garder le sourire en se bouchant les oreilles.

… morceaux_de_machines tisse des atmosphères tendues, catharsis numérique de processeurs furibonds et de lignes de programmation effrénées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.