Critique

Philippe Robert, Les Inrockuptibles, 1 février 2003

Électroacoustique pour chorégraphies par un dingue de cinéma. Dans les premières pièces, de longs bruissements évoquent ce que l’on imaginerait volontiers être le son de la banquise qui se fissure, d’agréables clapottis générent des ambiances aquatiques et l’ensemble a quelque chose de littéralement organique. Si les compositions acousmatiques de Stephan Dunkelman sont souvent destinées à des concerts, quasiment toutes celles qui ont été retenues ici ont été créées pour des chorégraphies. Les sons, constamment en mouvement, y appellent cependant des images mentales bein au-delà de la seule danse. Avant que cet opus ne s’achève, cet ancien élève d’Annette Vande Gorne qui se dit inspiré par Tarkovsky et les Taviani place sa pièce la plus convaincante, résultat de son premier essai de création radiophonique sous forme de portrait d’une ville qu’il connaît bien: Bruxelles. Véritable dédale de sons de toutes sortes, cette composition enchaîne concret et instrumental selon des trajectoires où l’on prendra plaisir à flâner ou se perdre.

… enchaîne concret et instrumental selon des trajectoires où l’on prendra plaisir à flâner ou se perdre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.