Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, 1 juin 2015

Mis à part, peut-être sur l’une ou l’autre compilation (tel le titre Lucilio Magus sur CIME / ICEM 2008: Boucles inter nations) cet Air semble être la première réalisation sous son nom de l’électroacousticienne Ana Dall’Ara-Majek. Native de Paris, elle a étudié auprès de Christine Groult et de Philippe Leroux, avant de s’installer à Montréal et préparer un doctorat sous la direction de Robert Normandeau.

Son parcours fait toutefois aussi appel à l’instrumentation plus traditionnelle et elle compose pour divers ensembles, tel TM+, dirigé par Laurent Cuniot et cela s’inscrit dans son rapport avec la musique électroacoustique, par sa propension à l’hybridation. Ainsi l’électroacoustique est confrontée à la voix, celle d’une mezzo-soprano dans les quatre Haikus Mixtur, celle d’un chœur (la Maîtrise de la Loire) dans Ikomani, associé aux saxophones ou aux flûtes à bec (Alice complice, Ubukho, Air) voire au piano préparé (Alice complice).

La dernière pièce, La Lechuga, rappelle que beaucoup de musicien(ne)s œuvrent aussi en liaison avec le théâtre: l’acousmatique est y liée à des comédiens, leur voix en espagnol, leurs soupirs, confrontés à… une laitue romaine! Une pièce qui a été proposé entre autres au CIRM de Nice fin 2013.

Cependant, quel que soit le type d’hybridation retenu d’une pièce à l’autre, la musique d’Ana Dall’Ara-Majek se meut principalement dans un univers assez évanescent, plutôt atmosphérique que heurté.

Air
… [s]a musique se meut principalement dans un univers assez évanescent, plutôt atmosphérique…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.