Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 23 avril 2015

Musicienne et compositrice pluridisciplinaire, aux collaborations diverses pour entre autres, la danse et le cinéma ainsi que l’écriture d’œuvres pour ensembles vocaux et instrumentaux, Ana Dall’Ara-Majek conjugue les influences contemporaines, electro-acoustiques et électroniques au monde de la voix. Avec Air l’espace et le silence s’écartent pour laisser pénétrer des sursauts de temporalité accrochés au dos de d’instruments variés et de hachures triturées, de souffles sroboscopiques et de dérives onomatopées, vers des espaces lunaires à l’étrangeté SF biscornue. On se laisse embarquer par cette œuvre suspendue, qui n’est pas évoquer une Holly Herndon métaphysique collaborant aux cotés d’un Parmegiani tribal ou d’un Boulez décharné. Squelettique et sophistiquée, la musique d’Ana Dall’Ara-Majek déborde d’imagination et de surprises, altérant continuellement la matière et les textures, de par l’équilibre acéré entre vocaux et instrumentation classique et électronique, jouant sur les instant de répit et l’instabilité en sursauts. Fascinant.

Air
… de hachures triturées, de souffles sroboscopiques et de dérives onomatopées, vers des espaces lunaires à l’étrangeté SF biscornue.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.