Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 16 octobre 2018

Musicien et plasticien originaire de Marseille, eRikm propose trois titres qui nous entrainent dans des espaces où la plasticité de l’espace, puise ses ressources dans le field recording et l’imaginaire, dans l’enfance et la géographie, la pensée et la sensibilité, l’urbanisme et la science-fiction.

Mistpouffers circule entre nos oreilles avec une fluidité qui nous fait presque oublié que nous sommes les auditeurs de cette œuvre, captivé que l’on est par ces enchainements de sons enregistrés et assemblés, qui prennent le temps de nous transporter sur des sillons bousculés par le vent et secoués par les feux d’artifices, réchauffés par les voix et oubliés dans l’immensité du monde.

eRikm alterne les ambiances tout en respectant une certaine ligne directrice, qui voit les objets prendre des allures poétiques, enfantant d’instants de suspension troublés par les mots et les bruissements d’existences multiples, aux formes mutantes. Voyageur.

Mistpouffers circule entre nos oreilles avec une fluidité qui nous fait presque oublié que nous sommes les auditeurs de cette œuvre…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.