electrocd

Critique

Julien Jaffré, Jade, no 12, 18 juin 2003

Chacune des partitions, combinaisons/compositions de Francis Dhomont évoque une histoire, une sensation d’imprévisible par les climats qu’elles tracent, les panoramas qu’elles donnent à visiter mentalement. Dans le jeu de sculpture sonore de Francis Dhomont, l’œil jalouse fréquemment les oreilles. Sa contribution est une forme sensitive d’impressionnisme environnementaliste; il semble puiser dans la nature, dans les ambiances et le contexte des lieux qu’il visite, la matière de sa création, avant de transfigurer ses sources via des processus de filtrages, de relectures charnelles et acoustiques. Francis Dhomont est un Agriculteur au sens étymologique du terme; il transforme de ses mains la nature, pour en faire un artefact, une création in situ. Son environnement oscille entre le ludique, où les chants nocturnes des cigales deviennent une rencontre du troisième type (Vol d’Arondes), ou l’inquiétant comme sur En cuerdas ou des spectres d’arpèges de guitares traversent les pièces. Pour paraphraser le texte anonyme qui accompagne le disque: «l’univers sonore de Francis Dhomont demeure cependant celui de la métamorphose par le traitement informatique et la démultiplication par l’écriture électroacoustique.» Si Jalons était un tableau, ce serait «nu descendant l’escalier»!

Francis Dhomont est un Agriculteur au sens étymologique du terme; il transforme de ses mains la nature…