Critique

Laurent Diouf, Wreck This MeSS — Paris, 1 juin 2005

Un album d’electronic-noise dans la grande tradition de la musique post-industrielle. Aux manettes, A_dontigny et Érick d’Orion qui utilisent des CDs préparés, des effets doublés de computers, percus et objets électroniques… Il en résulte un conglomérat sonore très brut, voire brutal… Crissements et sonorités métalliques zèbrent leurs compositions qui affichent une densité acoustique exceptionnelle. Et plus rarement des rythmiques (Triple fermentation). Ce pataquès noisy s’adresse en priorité à ceux qui ont les tympans déjà bien aguerris… Dans la joie et la douleur (Fonçage de pieux, Onanisme, Placenta compressa, etc.), ces terroristes bruitistes ancre leur démarche en revendiquant une filiation avec la musique concrète tout en invoquant Marcel Duchamp, Claude Lévi-Strauss et Kurt Vonnegut (auteur de science-fiction dans la lignée de Brown et Scheckley). En plus, ils ont reçu le soutien actif d’Otomo Yoshihide (grand maître du genre) sur un morceau au titre emblématique: Trépanation. Autres invités: Diane Labrosse (échantillonneur) et Martin Tétreault qui jongle, pour sa part, avec des tourne-disques amplifiés; rejoignant ainsi, en un sens la démarche de Saule et Philip Jeck. Ne pas dépasser la dose prescrite…

Dans la joie et la douleur, ces terroristes bruitistes ancre leur démarche en revendiquant une filiation avec la musique concrète…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.