Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, 1 janvier 1989

Découverte lors d’une programmation sur France Culture, la musique de Paul Dolden a retenu d’emblée mon attention par sa monumentalité et par son extrème finesse d’écriture. Ce compositeur canadien opère sur le son un travail proche de la chirurgie par l’emploi des micro-intervalles. Pas de sources électroniques dans cet ouvrage, tous les sons employés résultent d’une interprétation instrumentale préalable. Pour Paul Dolden ce parti-pris acoustique permet la mise en valeur des sensibilités des interprètes et du compositeur, cette approche rends la musique lyrique et lui donne une réelle énergie interne. In the Natural Doorway I Crouch présente une architecture complexe qui se révèle cependant très harmonieuse, dans Below the Walls of Jericho l’auteur nous entraîne dans un chaos sonore inouï résultant de la superposition de 400 pistes lors du mixage. Élaboré sur un principe similaire à base de percussions, Caught in an Octagon of Unaccustomed Light nous mène également dans un maëlstrom où l’oreille est sollicitée de toutes parts. Ce disque présente toute les qualités requises pour ôter les préjugés les plus tenaces vis à vis de l’électroacoustique et pour satisfaire l’appétit d’auditeurs exigeants.

Ce disque présente toute les qualités requises pour ôter les préjugés les plus tenaces vis à vis de l’électroacoustique et pour satisfaire l’appétit d’auditeurs exigeants.