electrocd

Critique

PR, Coda Magazine, 10 juillet 2003

En guise de présentation, l’on dira de Francis Dhomont (dont Richard D James, alias Aphex Twin, est fan) qu’il a découvert les possibilités de la musique concrète peu de temps après Pierre Schaeffer, abandonnant dès lors l’écriture instrumentale classique pour se consacrer exclusivement à la composition électroacoustique. Jalons n’a pas été conçu comme une rétrospective, bien que les huit œuvres qui s’y trouvent rassemblées aient été réalisées sur quinze ans, entre 1985 et 2001. Malgré l’absence de thématique commune (le seul fil conducteur étant la rareté de ce qui est compilé), l’ensemble est cohérent, même si les ambiances échafaudées sont plus ou moins oniriques. Saisissante, une pièce complétement électronique fut pensée comme une “forêt profonde”, récurrence qui hante l’œuvre de Dhomont et symbolise l’inconscient. Un autre morceau, pour guitare, démultiplie les cordes grâce aux manipulations électroacoustiques, tandis que tout le reste se présente comme une petite musique du souvenir jamais naturaliste, aussi explicites que soient les réminiscences évoquées -la nuit qui tombe sur un village, la rumeur qui monte… Poétiquement intégrés, les éléments concrets agissent comme des ponctuations du flux sonore qui captivent de bout en bout.

Poétiquement intégrés, les éléments concrets agissent comme des ponctuations du flux sonore qui captivent de bout en bout.