Espaces de sons: les sons environnementaux dans l’électroacoustique

David Turgeon, electrocd.com, 1 juin 2003

Les sons environnementaux (field recordings) ont toujours fasciné les compositeurs électroacoustiques, ceci depuis les Cinq études de bruits (1948) de Pierre Schaeffer et ses enregistrements de trains modifiés. Avec le Vancouver Soundscape 1973 (1972-73) de R Murray Schafer, ces sons du quotidien s’articulent autour d’un discours qu’on nommera «écologie sonore», où les sons gardent leur signification originale, et ne servent plus comme contenu anecdotique à la merci du compositeur. Le lecteur curieux notera que Jonty Harrison fait une intéressante synthèse de ces deux approches dans son texte {cnotice:imed_0052-0001/À propos d’Évidence matérielle/cnotice}.

En fait, chaque compositeur semble privilégier une approche différente par rapport aux sons environnementaux. Alors que l’écologie sonore voit fleurir des artistes du microphone tels que Claude Schryer et bien sûr Hildegard Westerkamp et sa fameuse Kits Beach Soundwalk (1989), des préoccupations autrement plus documentaires alimentent un disque tel que Corazón Road (1993), carnet de voyage sonore du duo français Kristoff K Roll. Entretemps, le compositeur new-yorkais Jon Hudak part d’une palette extrêmement minimaliste afin de trouver l’«essence» des sons utilisés, ce qui donne à l’auditeur de doux «soundscapes» planants. Élève du ci-haut mentionné Harrison, Natasha Barrett se rapproche davantage de la tradition acousmatique tout en concevant des paysages sonores de toute beauté à partir de sons environnementaux très discrets.

De jeunes compositeurs s’ajoutent constamment au paysage (sonore…) et il serait malvenu de les confiner au silence tant leur travail nous semble digne d’intérêt. Mentionnons d’abord le californien V. V. (de son vrai nom Ven Voisey), qui intègre ses sons trouvés dans une architecture rappelant la musique concrète «vieille école» — ce faisant, il montre combien Schaeffer n’est peut-être pas si éloigné esthétiquement de Merzbow… Avec Relisten, l’autrichien Bernhard Gal nous fait découvrir ses épisodes, soigneusement choisis, de «musique trouvée» (c’est-à-dire de structures musicales existant déjà dans le matériel environnemmental.) Enfin, de par son foissonnement d’idées et son rythme toujours soutenu, le surprenant flume ridge.halifax.lisbon (2001) du montréalais Cal Crawford réjouira sans doute les auditeurs à l’affût de nouvelle acousmatique.

Deux petites friandises pour terminer. D’abord, le joli mini-CDR Aenviron: one présente cinq instantanés sonores (et ce, sans aucun traitement!). Après tout, s’il existe du cinéma pour l’oreille, alors pourquoi pas un album photo pour l’oreille! Question de boucler la boucle, nous proposons également de s’arrêter au récent mini-CD de Lionel Marchetti au titre évocateur de Train de nuit (Noord 3-683) (1998-99). Cette œuvre pour un seul haut-parleur, dédiée (on s’en douterait!) à Pierre Schaeffer, nous rappelle, une fois de plus, l’importance toujours renouvelée des sources environnementales dans l’océan électroacoustique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.