Chroniques (Mission 43)

Solénoïde, 31 décembre 2002

Grâce au label québecois Empreintes Digitales, Solénoïde reprend le cap d’un monde électroacoustique complexe et parfois merveilleux dans lequel les enceintes font office d’instrument à part entière. Cet univers nous est dépeint cette fois-ci par une enseignante anglaise vivant en Norvège. À même pas 30 ans, cette jeune femme bardée de diplôme signe avec Isostasie son troisième album. Inutile de s’en cacher, sur ce disque Natasha Barrett construit des figures abstraites plutôt difficile d’accès. Pourtant, avec un peu d’attention et de concentration, quelques pépites soniques étincelantes sauront s’offrir à l’auditeur. Comme ébranlé par une énergie tellurique, ce dernier se perd dans les dédales bruitistes d’une œuvre au charme diffus. Certaines pièces possédant au passage un fort pourvoir d’évocation. Mais rien d’anormal à cela puisque Natasha compose en parallèle pour la danse et le théâtre. Qu’il s’agisse de paysages glaciaux ou post-industriels, de métaphores écologiques ou météorologiques, miss Barrett projette dans notre subconscient des images microclimatiques floues et troublantes. Adeptes de fictions sonores tout à la fois sombres et narratives, Isostasie vous est vivement recommandé.

Adeptes de fictions sonores tout à la fois sombres et narratives, Isostasie vous est vivement recommandé.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.