Critique

PR, Coda Magazine, 11 septembre 2003

Bien que son œuvre comprenne surtout des pièces électroacoustiques, mais également instrumentales, on sent aussi clairement chez Åke Parmerud sa maîtrise de l’interactivité et du multimédia qu’il pratique couramment, comme son expérience acquise en composant pour le théâtre, le cinéma et la danse. Jeu d’ombres compile ainsi des pièces d’inspiration variée, toutes passionnantes. La plus ancienne, datant de 1988, questionne à sa façon les possibilités qu’offre le quatuor à cordes classique au travers de techniques d’échantillonnage sophistiquées. D’autres puisent leur inspiration chez le musicien de jazz Charlie Parker, ou encore explorent les potentialités des textures sonores superposées en couches multiples, et leur spatialisation. Parmi les morceaux les plus singuliers, se détachent ceux qui mixent acoustique (des instruments de la Renaissance comme le luth, la viole de gambe ou le cromorne) et les synthés analogiques utilisés pour ce son crade qui fait défaut au numérique. Plus imagée, Les flûtes de feu fait référence à l’alchimie, via le processus de modification du son progressif inhérent à la composition. De la musique de recherche (Renaissance a par exemple été composé à l’initiative du GRM jamais ennuyeuse.

De la musique de recherche jamais ennuyeuse.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.